La République du Congo va vacciner plus d’un million de personnes contre la fièvre jaune

26 septembre 2018, Brazzaville — La République du Congo, en collaboration avec l’OMS et ses partenaires, va débuter une campagne de vaccination pour contenir la propagation de la fièvre jaune dans la ville portuaire de Pointe-Noire et ses environs. Plus d’un million de personnes âgées de neuf mois et plus devraient être vaccinées au cours de cette campagne de six jours.

La campagne de vaccination aura recours à des doses du stock mondial de vaccins antiamarils géré par le Groupe international de coordination pour l’approvisionnement en vaccins (GIC) et financée par Gavi, l’Alliance du Vaccin. Le GIC coordonne la fourniture rapide et équitable de vaccins lors de flambées et conserve un stock d’urgence de six millions de doses de vaccins antiamarils, qui est régulièrement reconstitué. Gavi couvrira également les coûts opérationnels de cette campagne.

La campagne de vaccination vient en réponse à l’apparition d’un cas de fièvre jaune confirmé en laboratoire, dont le test s’est révélé positif le 21 août 2018, après une visite du patient dans une zone rurale.

Aucun autre cas n’a été confirmé dans le pays depuis lors, mais plus de 200 cas suspects ont été déclarés depuis le début de l’année, la plupart par les autorités sanitaires de Pointe-Noire. L’existence de cas non détectés n’est pas exclue, car une grande partie de la population de la ville se fait soigner dans des établissements privés et il est possible que le système national de surveillance n’en soit pas notifié.

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés. Elle peut être mortelle, mais un vaccin extrêmement efficace permet de la prévenir. Des flambées de cette maladie en zone urbaine sont particulièrement préoccupantes et Pointe-Noire est la capitale économique du pays, comptant plus d’un million d’habitants. Après avoir reculé pendant de nombreuses années, les flambées de fièvre jaune connaissent une recrudescence à travers le monde. La facilité et la rapidité de la circulation des personnes, l’urbanisation rapide et la réapparition des moustiques due au réchauffement de la planète ont considérablement accru le risque de flambées urbaines pouvant se propager à l’échelle internationale.

« La fièvre jaune est redevenue une menace pour la santé publique ces dernières années dans la Région africaine », a déclaré Dr Ibrahima Socé Fall, directeur régional du Programme de gestion des situations d’urgence sanitaire de l’OMS. Et d’ajouter: « Toutefois, le vaccin ne présente aucun risque et confère une immunité à vie. Cette campagne de vaccination réactive cible des personnes les plus exposées et permettra de dresser une barrière de protection qui empêchera le virus de se propager ».

La République démocratique du Congo voisine a fait preuve de solidarité à l’égard de la République du Congo en prêtant plus de 700 000 seringues pour la campagne de vaccination, dans l’attente de la réception de seringues du stock international par les autorités sanitaires de Pointe-Noire le mois prochain.

La riposte à la flambée actuelle s’inscrit dans une stratégie globale d’élimination des épidémies de fièvre jaune dans le monde d’ici 2026. L’OMS, l’UNICEF, l’Alliance Gavi et plus d’une cinquantaine de partenaires prêtent assistance au Gouvernement congolais et à 39 autres pays à haut risque pour l’évaluation du risque épidémique, le lancement de campagnes de vaccination, le dialogue avec les populations locales et la réalisation d’autres activités, dont la surveillance et l’établissement de diagnostics en laboratoire.

Des mesures préventives doivent être prises à l’échelle nationale pour assurer la protection de l’ensemble de la population à risque. La détection rapide des flambées et la riposte sans délai ainsi que la prévention à long terme font partie intégrante d’une lutte soutenue contre la fièvre jaune.

Dans le cadre de la stratégie pour l’élimination de la fièvre jaune, plus de quatre millions de personnes supplémentaires devraient être vaccinées lors de campagnes de prévention de masse en République du Congo au cours des toutes prochaines années.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
For Additional Information or to Request Interviews, Please contact:
OKA Sakuya

WHO Health Emergency Programme, Africa
Tel: +242 06 508 1009
Email: okas [at] who.int

Frédérique Tissandier

GAVI
Telephone: +41 22 909 29 68
Email: ftissandier [at] gavi.org

Viviane Bianco

WHO Yellow Fever Communications Officer
Email: biancov [at] who.int
Tel: +41 78 867 4043