Prévention des maladies tropicales potentiellement mortelles chez des milliers de migrants en Ethiopie

Addis-Abeba, 5 mars 2019. - Plus de 9 000 travailleurs migrants ont reçu des conseils sur la prévention de la leishmaniose - une maladie tropicale négligée potentiellement mortelle - dans l'extrême nord-ouest de l'Ethiopie.

Chaque année, des centaines de milliers de travailleurs saisonniers du nord de l'Éthiopie prennent la route pour travailler sur les terres agricoles de la région du Gondar occidental, mais ne sont généralement pas conscients du risque localisé de leishmaniose qui y existe.

La leishmaniose viscérale, l'une des trois principales formes de la maladie, est mortelle si elle n'est pas traitée dans plus de 95% des cas. La maladie se caractérise par des épisodes irréguliers de fièvre, une perte de poids, un élargissement de la rate et du foie et par l'anémie. On estime qu'entre 50 000 et 90 000 nouveaux cas surviennent chaque année dans le monde.

La leishmaniose est transmise par des parasites à travers la piqûre de phlébotomes femelles infectées. Elle est endémique dans cinq régions éthiopiennes, ainsi que dans d'autres pays d'Afrique de l'Est. Mais il n'est pas facile de faire parvenir des messages de santé cruciaux aux personnes en déplacement.

Les efforts déployés auparavant pour contenir la maladie en Éthiopie, en recourant uniquement au système de santé, n'ont pas réussi à atteindre un nombre significatif de migrants saisonniers, bien qu'ils aient atteint les communautés locales.

En 2018 cependant, l'OMS, en collaboration avec le ministère éthiopien de la Santé, le Bureau régional de santé d'Amhara, les agences de l'emploi et des affaires sociales, ainsi que les écoles et communautés locales, a réussi à atteindre des milliers de migrants saisonniers au Gondar occidental. Le nouveau plan de promotion de la santé et de communication repose sur les gestionnaires des fermes commerciales pour la sensibilisation, sur l'éducation par les pairs, ainsi que sur les campagnes de sensibilisation porte-à-porte, sur les séances de formation et sur la distribution de matériel d'information publique dans les fermes et dans les écoles et les centres de santé.

Le travail se poursuit, mais la leçon est claire : pour atteindre les populations en déplacement dans le nord de l'Éthiopie, il ne suffit pas de travailler uniquement par le biais des centres de santé. Pour faire en sorte que tous, y compris les travailleurs migrants, soient sensibilisés aux risques et aux mesures de prévention de la leishmaniose et d'autres maladies tropicales négligées, la sensibilisation doit inclure les secteurs de l'emploi, de l'éducation, des communautés et d'autres ressources.